Recettes traditionnelles

Sondage : Dites-nous ce que vous pensez VRAIMENT de Guy Fieri

Sondage : Dites-nous ce que vous pensez VRAIMENT de Guy Fieri

Le phénomène de la culture pop est l'une des personnes les plus polarisantes dans l'alimentation

Photo d'Ethan Miller/Getty Images pour Caesars Entertainment

Fieri est surtout connu pour ses cheveux, ses nuances, son bling et ses allusions à Flavortown.

Guy Fieri est sans conteste l'une des figures les plus polarisantes du monde de l'alimentation aujourd'hui. Il est l'hôte de Food Network's incroyablement populaire Diners, drive-in et plongées, il dirige plusieurs restaurants extrêmement prospères, et il a même sa propre entreprise de vin. Mais pour bon nombre des mêmes raisons pour lesquelles les gens l'aiment – ​​son exubérance, son frère californien, sa glorification des plats à mille calories – beaucoup de gens souhaitent également qu'il disparaisse. Que pensez-vous de lui ?

Avec son ambiance décontractée, ses cheveux blonds hérissés et sa liste de slogans (dont beaucoup impliquent l'utopie fictive de Flavortown), Fieri s'est accroché à l'air du temps et n'a pas lâché prise. Sur DDD, il parcourt le pays pour présenter les chefs assidus des petites villes qui préparent de délicieuses créations dans des restaurants méconnus (ce pour quoi il devrait à juste titre être félicité), mais ses propres restaurants, qui ne sont essentiellement que des vitrines du culte de la personnalité de Fieri, ne pouvaient ' t être plus éloigné des restaurants qu'il présente à la télévision. Et il est devenu une franchise à part entière sur Food Network ; il y a rarement une nuit où DDD n'est pas diffusé.

Mais que penses-tu de ce gars ? Est-ce que tu l'aimes, binge-watch "Triple-D", et manger dans son restaurant chaque fois que vous êtes à New York, ou souhaitez-vous qu'il s'en aille déjà ? Répondez au sondage ci-dessous et faites-le nous savoir!


La recette de chili épicé de Guy Fieri a du punch

Que vous souhaitiez ou non visiter Flavortown, à peu près tout le monde sait qui est Guy Fieri. Mais qu'est-ce que tu pourrais ne pas sachez qu'au-delà des pointes givrées et des chemises de bowling, Fieri est aussi un cuisinier assez sérieux. En plus de montrer à la nation certains des meilleurs restaurants sous le radar sur Diners, drive-in et plongées, Fieri est l'auteur de plusieurs livres de cuisine à succès, possède des restaurants et cuisine aux côtés de certains des meilleurs chefs du secteur. Bref? Son personnage fougueux n'est pas seulement pour le spectacle.

Ainsi, lorsque je cherchais une recette de chili qui ne se retiendrait pas, je savais que Fieri serait à la hauteur. J'ai pensé que son approche de la cuisine du tout ou rien serait parfaite pour le chili, et qui de mieux que le maire de Flavortown lui-même pour rehausser le piquant? Sa recette — surnommé le piment au souffle du dragon — utilise une multitude d'ingrédients piquants allant des poivrons rôtis à la saucisse italienne épicée, donc je savais qu'elle aurait du punch.

Comment faire du chili de souffle de Guy Fieri “Dragon’s”

Guy commence par faire cuire des piments Anaheim et poblano en dés avec du jalapeños, des poivrons et des oignons jusqu'à ce qu'ils soient caramélisés. À cela, il ajoute de l'ail et des cubes de rôti de paleron.

Une fois doré, Guy ajoute encore plus de viande (bœuf haché et saucisse italienne en vrac) et une multitude d'épices, notamment de la poudre de chili, du poivre de Cayenne, de la coriandre et du cumin, et les fait cuire jusqu'à ce qu'elles soient parfumées. Ensuite, il ajoute de la sauce tomate, de la pâte de tomate, de la bière, du bouillon et deux types de haricots (ouf) et laisse le tout mijoter pendant deux heures.

C'est ici que la vraie Fieri-ness entre en jeu. Pendant que le chili mijote, Fieri prépare un lot de frites maison à servir avec le chili. (Parce que vraiment, quoi de mieux pour garnir est là-bas?) Son processus est assez typique et consiste à faire tremper les pommes de terre, à les précuire et à les finir dans de l'huile chaude. Il sert le chili avec les frites et garnit le tout de craquelins, d'oignons verts et de fromage râpé.

Ce que j'ai pensé des résultats

Quand Guy a nommé son souffle de piment "dragon", il ne plaisantait pas. Ce chili est vraiment piquant et pas pour les âmes sensibles. La chaleur monte en vous pendant que vous mangez et vous frappe lentement au fond de la gorge. Entre le jalapeños et le cayenne, ce piment est très épicé.

Mais il ne chauffe pas sans saveur et le chili de Guy est en fait très savoureux. Il a une quantité généreuse d'assaisonnement et ne lésine pas sur la saveur. Alors que d'autres recettes de chili sont assez douces (je te regarde, Ina), Guy est tout le contraire. C'est intense, fougueux et ne se retient pas, tout comme Fieri lui-même. La quantité généreuse d'ail, d'oignons et de poivrons rôtis ajoute une profondeur de saveur qui lui donne presque le goût d'une sauce taupe, et la complexité m'a donné envie de continuer à manger.

Donc, si vous aimez les aliments épicés, ce chili est absolument parfait, mais si vous ne supportez pas la chaleur, ne faites surtout pas cette recette. Je pensais que c'était agréablement épicé, mais d'autres qui l'ont essayé l'ont trouvé beaucoup trop épicé pour en profiter.

Si vous faites du chili de Guy Fieri …

1. Réduisez la consommation de piment de Cayenne et de jalape si la chaleur n'est pas votre truc: N'hésitez pas à réduire la quantité de poivre de cayenne et de piment jalape que vous ajoutez pour atténuer un peu la chaleur.

2. Faites griller vos poivrons la veille pour prendre une longueur d'avance: Rôtir et éplucher les poivrons était l'une des étapes les plus fastidieuses de la fabrication de ce chili. (Et Guy ne vous dit même pas comment le faire!) Ils ont besoin de temps pour cuire à la vapeur pour que leur peau se décolle, et j'ai été tenté de me précipiter pour pouvoir commencer à cuire le chili. Pour faciliter les choses, faites-les rôtir la veille afin de pouvoir vous lancer rapidement lorsque vous préparez ce chili.

3. Lors de la caramélisation des légumes, abandonnez le temps de cuisson recommandé par Guy: Il vous demande de caraméliser le mélange de légumes pendant cinq minutes, mais ce n'est pas assez de temps pour développer réellement une couleur. Il m'a fallu environ 20 minutes pour caraméliser complètement les légumes, alors allez-y à vue plutôt qu'à l'heure.

4. N'hésitez pas à abandonner les frites maison: Bien sûr, les frites étaient plutôt bonnes avec le chili, mais elles ne sont pas un élément décisif. C'était un peu pénible à préparer (et il faut 24 heures de trempage avant même de pouvoir commencer à les faire cuire), alors n'hésitez pas à utiliser des frites surgelées ou achetées en magasin ou simplement à les omettre.


La recette de chili épicé de Guy Fieri a du punch

Que vous souhaitiez ou non visiter Flavortown, à peu près tout le monde sait qui est Guy Fieri. Mais qu'est-ce que tu pourrais ne pas sachez qu'au-delà des pointes givrées et des chemises de bowling, Fieri est aussi un cuisinier assez sérieux. En plus de montrer à la nation certains des meilleurs restaurants sous le radar sur Diners, drive-in et plongées, Fieri est l'auteur de plusieurs livres de cuisine à succès, possède des restaurants et cuisine aux côtés de certains des meilleurs chefs du secteur. Bref? Son personnage fougueux n'est pas seulement pour le spectacle.

Ainsi, lorsque je cherchais une recette de chili qui ne se retiendrait pas, je savais que Fieri serait à la hauteur. J'ai pensé que son approche de la cuisine du tout ou rien serait parfaite pour le chili, et qui de mieux que le maire de Flavortown lui-même pour rehausser le piquant? Sa recette — surnommé le piment au souffle du dragon — utilise une multitude d'ingrédients piquants allant des poivrons rôtis à la saucisse italienne épicée, donc je savais qu'elle aurait du punch.

Comment faire du chili de souffle de Guy Fieri “Dragon’s”

Guy commence par faire cuire des piments Anaheim et poblano en dés avec du jalapeños, des poivrons et des oignons jusqu'à ce qu'ils soient caramélisés. À cela, il ajoute de l'ail et des cubes de rôti de paleron.

Une fois doré, Guy ajoute encore plus de viande (bœuf haché et saucisse italienne en vrac) et une multitude d'épices, notamment de la poudre de chili, du poivre de Cayenne, de la coriandre et du cumin, et les fait cuire jusqu'à ce qu'elles soient parfumées. Ensuite, il ajoute de la sauce tomate, de la pâte de tomate, de la bière, du bouillon et deux types de haricots (ouf) et laisse le tout mijoter pendant deux heures.

C'est ici que la vraie Fieri-ness entre en jeu. Pendant que le chili mijote, Fieri prépare un lot de frites maison à servir avec le chili. (Parce que vraiment, quoi de mieux pour garnir est là-bas?) Son processus est assez typique et consiste à faire tremper les pommes de terre, à les précuire et à les finir dans de l'huile chaude. Il sert le chili avec les frites et garnit le tout de craquelins, d'oignons verts et de fromage râpé.

Ce que j'ai pensé des résultats

Quand Guy a nommé son souffle de piment "dragon", il ne plaisantait pas. Ce chili est vraiment piquant et pas pour les âmes sensibles. La chaleur monte en vous pendant que vous mangez et vous frappe lentement au fond de la gorge. Entre le jalapeños et le cayenne, ce piment est très épicé.

Mais il ne chauffe pas sans saveur et le chili de Guy est en fait très savoureux. Il a une quantité généreuse d'assaisonnement et ne lésine pas sur la saveur. Alors que d'autres recettes de chili sont assez douces (je te regarde, Ina), Guy est tout le contraire. C'est intense, fougueux et ne se retient pas, tout comme Fieri lui-même. La quantité généreuse d'ail, d'oignons et de poivrons rôtis ajoute une profondeur de saveur qui lui donne presque le goût d'une sauce taupe, et la complexité m'a donné envie de continuer à manger.

Donc, si vous aimez les aliments épicés, ce chili est absolument parfait, mais si vous ne supportez pas la chaleur, ne faites surtout pas cette recette. Je pensais que c'était agréablement épicé, mais d'autres qui l'ont essayé l'ont trouvé beaucoup trop épicé pour en profiter.

Si vous faites du chili de Guy Fieri …

1. Réduisez la consommation de piment de Cayenne et de jalape si la chaleur n'est pas votre truc: N'hésitez pas à réduire la quantité de poivre de cayenne et de piment jalape que vous ajoutez pour atténuer un peu la chaleur.

2. Faites griller vos poivrons la veille pour prendre une longueur d'avance: Rôtir et éplucher les poivrons était l'une des étapes les plus fastidieuses de la fabrication de ce chili. (Et Guy ne vous dit même pas comment le faire!) Ils ont besoin de temps pour cuire à la vapeur pour que leur peau se décolle, et j'ai été tenté de me précipiter pour pouvoir commencer à cuire le chili. Pour faciliter les choses, faites-les rôtir la veille afin de pouvoir vous lancer rapidement lorsque vous préparez ce chili.

3. Lors de la caramélisation des légumes, abandonnez le temps de cuisson recommandé par Guy: Il vous demande de caraméliser le mélange de légumes pendant cinq minutes, mais ce n'est pas assez de temps pour développer réellement une couleur. Il m'a fallu environ 20 minutes pour caraméliser complètement les légumes, alors allez-y à vue plutôt qu'à l'heure.

4. N'hésitez pas à abandonner les frites maison: Bien sûr, les frites étaient plutôt bonnes avec le chili, mais elles ne sont pas un élément décisif. C'était un peu pénible à préparer (et il faut 24 heures de trempage avant même de pouvoir commencer à les faire cuire), alors n'hésitez pas à utiliser des frites surgelées ou achetées en magasin ou simplement à les omettre.


La recette de chili épicé de Guy Fieri a du punch

Que vous souhaitiez ou non visiter Flavortown, à peu près tout le monde sait qui est Guy Fieri. Mais qu'est-ce que tu pourrais ne pas sachez qu'au-delà des pointes givrées et des chemises de bowling, Fieri est aussi un cuisinier assez sérieux. En plus de montrer à la nation certains des meilleurs restaurants sous le radar sur Diners, drive-in et plongées, Fieri est l'auteur de plusieurs livres de cuisine à succès, possède des restaurants et cuisine aux côtés de certains des meilleurs chefs du secteur. Bref? Son personnage fougueux n'est pas seulement pour le spectacle.

Ainsi, lorsque je cherchais une recette de chili qui ne se retiendrait pas, je savais que Fieri serait à la hauteur. J'ai pensé que son approche de la cuisine du tout ou rien serait parfaite pour le chili, et qui de mieux que le maire de Flavortown lui-même pour rehausser le piquant? Sa recette — surnommé le piment au souffle du dragon — utilise une multitude d'ingrédients piquants allant des poivrons rôtis à la saucisse italienne épicée, donc je savais qu'elle aurait du punch.

Comment faire du chili de souffle de Guy Fieri “Dragon’s”

Guy commence par faire cuire des piments Anaheim et poblano en dés avec du jalapeños, des poivrons et des oignons jusqu'à ce qu'ils soient caramélisés. À cela, il ajoute de l'ail et des cubes de rôti de paleron.

Une fois doré, Guy ajoute encore plus de viande (bœuf haché et saucisse italienne en vrac) et une multitude d'épices, notamment de la poudre de chili, du poivre de Cayenne, de la coriandre et du cumin, et les fait cuire jusqu'à ce qu'elles soient parfumées. Ensuite, il ajoute de la sauce tomate, de la pâte de tomate, de la bière, du bouillon et deux types de haricots (ouf) et laisse le tout mijoter pendant deux heures.

C'est ici que la vraie Fieri-ness entre en jeu. Pendant que le chili mijote, Fieri prépare un lot de frites maison à servir avec le chili. (Parce que vraiment, quoi de mieux pour garnir est là-bas?) Son processus est assez typique et consiste à faire tremper les pommes de terre, à les précuire et à les finir dans de l'huile chaude. Il sert le chili avec les frites et garnit le tout de craquelins, d'oignons verts et de fromage râpé.

Ce que j'ai pensé des résultats

Quand Guy a nommé son souffle de piment "dragon", il ne plaisantait pas. Ce chili est vraiment piquant et pas pour les âmes sensibles. La chaleur monte en vous pendant que vous mangez et vous frappe lentement au fond de la gorge. Entre le jalapeños et le cayenne, ce piment est très épicé.

Mais il ne chauffe pas sans saveur et le chili de Guy est en fait très savoureux. Il a une quantité généreuse d'assaisonnement et ne lésine pas sur la saveur. Alors que d'autres recettes de chili sont assez douces (je te regarde, Ina), Guy est tout le contraire. C'est intense, fougueux et ne se retient pas, tout comme Fieri lui-même. La quantité généreuse d'ail, d'oignons et de poivrons rôtis ajoute une profondeur de saveur qui lui donne presque le goût d'une sauce taupe, et la complexité m'a donné envie de continuer à manger.

Donc, si vous aimez les aliments épicés, ce chili est absolument parfait, mais si vous ne supportez pas la chaleur, ne faites surtout pas cette recette. Je pensais que c'était agréablement épicé, mais d'autres qui l'ont essayé l'ont trouvé beaucoup trop épicé pour en profiter.

Si vous faites du chili de Guy Fieri …

1. Réduisez la consommation de piment de Cayenne et de jalape si la chaleur n'est pas votre truc: N'hésitez pas à réduire la quantité de poivre de cayenne et de piment jalape que vous ajoutez pour atténuer un peu la chaleur.

2. Faites griller vos poivrons la veille pour prendre une longueur d'avance: Rôtir et éplucher les poivrons était l'une des étapes les plus fastidieuses de la fabrication de ce chili. (Et Guy ne vous dit même pas comment le faire!) Ils ont besoin de temps pour cuire à la vapeur pour que leur peau se décolle, et j'ai été tenté de me précipiter pour pouvoir commencer à cuire le chili. Pour faciliter les choses, faites-les rôtir la veille afin de pouvoir vous lancer rapidement lorsque vous préparez ce chili.

3. Lors de la caramélisation des légumes, abandonnez le temps de cuisson recommandé par Guy: Il vous demande de caraméliser le mélange de légumes pendant cinq minutes, mais ce n'est pas assez de temps pour développer réellement une couleur. Il m'a fallu environ 20 minutes pour caraméliser complètement les légumes, alors allez-y à vue plutôt qu'à l'heure.

4. N'hésitez pas à abandonner les frites maison: Bien sûr, les frites étaient plutôt bonnes avec le chili, mais elles ne sont pas un élément décisif. C'était un peu pénible à préparer (et il faut 24 heures de trempage avant même de pouvoir commencer à les faire cuire), alors n'hésitez pas à utiliser des frites surgelées ou achetées en magasin ou simplement à les omettre.


La recette de chili épicé de Guy Fieri a du punch

Que vous souhaitiez ou non visiter Flavortown, à peu près tout le monde sait qui est Guy Fieri. Mais qu'est-ce que tu pourrais ne pas sachez qu'au-delà des pointes givrées et des chemises de bowling, Fieri est aussi un cuisinier assez sérieux. En plus de montrer à la nation certains des meilleurs restaurants sous le radar sur Diners, drive-in et plongées, Fieri est l'auteur de plusieurs livres de cuisine à succès, possède des restaurants et cuisine aux côtés de certains des meilleurs chefs du secteur. Bref? Son personnage fougueux n'est pas seulement pour le spectacle.

Ainsi, lorsque je cherchais une recette de chili qui ne se retiendrait pas, je savais que Fieri serait à la hauteur. J'ai pensé que son approche de la cuisine du tout ou rien serait parfaite pour le chili, et qui de mieux que le maire de Flavortown lui-même pour rehausser le piquant? Sa recette — surnommé le piment au souffle du dragon — utilise une multitude d'ingrédients piquants allant des poivrons rôtis à la saucisse italienne épicée, donc je savais qu'elle aurait du punch.

Comment faire du chili de souffle de Guy Fieri “Dragon’s”

Guy commence par faire cuire des piments Anaheim et poblano en dés avec du jalapeños, des poivrons et des oignons jusqu'à ce qu'ils soient caramélisés. À cela, il ajoute de l'ail et des cubes de rôti de paleron.

Une fois doré, Guy ajoute encore plus de viande (bœuf haché et saucisse italienne en vrac) et une multitude d'épices, notamment de la poudre de chili, du poivre de Cayenne, de la coriandre et du cumin, et les fait cuire jusqu'à ce qu'elles soient parfumées. Ensuite, il ajoute de la sauce tomate, de la pâte de tomate, de la bière, du bouillon et deux types de haricots (ouf) et laisse le tout mijoter pendant deux heures.

C'est ici que la vraie Fieri-ness entre en jeu. Pendant que le chili mijote, Fieri prépare un lot de frites maison à servir avec le chili. (Parce que vraiment, quoi de mieux pour garnir est là-bas?) Son processus est assez typique et consiste à faire tremper les pommes de terre, à les précuire et à les finir dans de l'huile chaude. Il sert le chili avec les frites et garnit le tout de craquelins, d'oignons verts et de fromage râpé.

Ce que j'ai pensé des résultats

Quand Guy a nommé son souffle de piment "dragon", il ne plaisantait pas. Ce chili est vraiment piquant et pas pour les âmes sensibles. La chaleur monte en vous pendant que vous mangez et vous frappe lentement au fond de la gorge. Entre le jalapeños et le cayenne, ce piment est très épicé.

Mais il ne chauffe pas sans saveur et le chili de Guy est en fait très savoureux. Il a une quantité généreuse d'assaisonnement et ne lésine pas sur la saveur. Alors que d'autres recettes de chili sont assez douces (je te regarde, Ina), Guy est tout le contraire. C'est intense, fougueux et ne se retient pas, tout comme Fieri lui-même. La quantité généreuse d'ail, d'oignons et de poivrons rôtis ajoute une profondeur de saveur qui lui donne presque le goût d'une sauce taupe, et la complexité m'a donné envie de continuer à manger.

Donc, si vous aimez les aliments épicés, ce chili est absolument parfait, mais si vous ne supportez pas la chaleur, ne faites surtout pas cette recette. Je pensais que c'était agréablement épicé, mais d'autres qui l'ont essayé l'ont trouvé beaucoup trop épicé pour en profiter.

Si vous faites du chili de Guy Fieri …

1. Réduisez la consommation de piment de Cayenne et de jalape si la chaleur n'est pas votre truc: N'hésitez pas à réduire la quantité de poivre de cayenne et de piment jalape que vous ajoutez pour atténuer un peu la chaleur.

2. Faites griller vos poivrons la veille pour prendre une longueur d'avance: Rôtir et éplucher les poivrons était l'une des étapes les plus fastidieuses de la fabrication de ce chili. (Et Guy ne vous dit même pas comment le faire!) Ils ont besoin de temps pour cuire à la vapeur pour que leur peau se décolle, et j'ai été tenté de me précipiter pour pouvoir commencer à cuire le chili. Pour faciliter les choses, faites-les rôtir la veille afin de pouvoir vous lancer rapidement lorsque vous préparez ce chili.

3. Lors de la caramélisation des légumes, abandonnez le temps de cuisson recommandé par Guy: Il vous demande de caraméliser le mélange de légumes pendant cinq minutes, mais ce n'est pas assez de temps pour développer réellement une couleur. Il m'a fallu environ 20 minutes pour caraméliser complètement les légumes, alors allez-y à vue plutôt qu'à l'heure.

4. N'hésitez pas à abandonner les frites maison: Bien sûr, les frites étaient plutôt bonnes avec le chili, mais elles ne sont pas un élément décisif. C'était un peu pénible à préparer (et il faut 24 heures de trempage avant même de pouvoir commencer à les faire cuire), alors n'hésitez pas à utiliser des frites surgelées ou achetées en magasin ou simplement à les omettre.


La recette de chili épicé de Guy Fieri a du punch

Que vous souhaitiez ou non visiter Flavortown, à peu près tout le monde sait qui est Guy Fieri. Mais qu'est-ce que tu pourrais ne pas sachez qu'au-delà des pointes givrées et des chemises de bowling, Fieri est aussi un cuisinier assez sérieux. En plus de montrer à la nation certains des meilleurs restaurants sous le radar sur Diners, drive-in et plongées, Fieri est l'auteur de plusieurs livres de cuisine à succès, possède des restaurants et cuisine aux côtés de certains des meilleurs chefs du secteur. Bref? Son personnage fougueux n'est pas seulement pour le spectacle.

Ainsi, lorsque je cherchais une recette de chili qui ne se retiendrait pas, je savais que Fieri serait à la hauteur. J'ai pensé que son approche de la cuisine du tout ou rien serait parfaite pour le chili, et qui de mieux que le maire de Flavortown lui-même pour rehausser le piquant? Sa recette — surnommé le piment au souffle du dragon — utilise une multitude d'ingrédients piquants allant des poivrons rôtis à la saucisse italienne épicée, donc je savais qu'elle aurait du punch.

Comment faire du chili de souffle de Guy Fieri “Dragon’s”

Guy commence par faire cuire des piments Anaheim et poblano en dés avec du jalapeños, des poivrons et des oignons jusqu'à ce qu'ils soient caramélisés. À cela, il ajoute de l'ail et des cubes de rôti de paleron.

Une fois doré, Guy ajoute encore plus de viande (bœuf haché et saucisse italienne en vrac) et une multitude d'épices, notamment de la poudre de chili, du poivre de Cayenne, de la coriandre et du cumin, et les fait cuire jusqu'à ce qu'elles soient parfumées. Ensuite, il ajoute de la sauce tomate, de la pâte de tomate, de la bière, du bouillon et deux types de haricots (ouf) et laisse le tout mijoter pendant deux heures.

C'est ici que la vraie Fieri-ness entre en jeu. Pendant que le chili mijote, Fieri prépare un lot de frites maison à servir avec le chili. (Parce que vraiment, quoi de mieux pour garnir est là-bas?) Son processus est assez typique et consiste à faire tremper les pommes de terre, à les précuire et à les finir dans de l'huile chaude. Il sert le chili avec les frites et garnit le tout de craquelins, d'oignons verts et de fromage râpé.

Ce que j'ai pensé des résultats

Quand Guy a nommé son souffle de piment "dragon", il ne plaisantait pas. Ce chili est vraiment piquant et pas pour les âmes sensibles. La chaleur monte en vous pendant que vous mangez et vous frappe lentement au fond de la gorge. Entre le jalapeños et le cayenne, ce piment est très épicé.

Mais il ne chauffe pas sans saveur et le chili de Guy est en fait très savoureux. Il a une quantité généreuse d'assaisonnement et ne lésine pas sur la saveur. Alors que d'autres recettes de chili sont assez douces (je te regarde, Ina), Guy est tout le contraire. C'est intense, fougueux et ne se retient pas, tout comme Fieri lui-même. La quantité généreuse d'ail, d'oignons et de poivrons rôtis ajoute une profondeur de saveur qui lui donne presque le goût d'une sauce taupe, et la complexité m'a donné envie de continuer à manger.

Donc, si vous aimez les aliments épicés, ce chili est absolument parfait, mais si vous ne supportez pas la chaleur, ne faites surtout pas cette recette. Je pensais que c'était agréablement épicé, mais d'autres qui l'ont essayé l'ont trouvé beaucoup trop épicé pour en profiter.

Si vous faites du chili de Guy Fieri …

1. Réduisez la consommation de piment de Cayenne et de jalape si la chaleur n'est pas votre truc: N'hésitez pas à réduire la quantité de poivre de cayenne et de piment jalape que vous ajoutez pour atténuer un peu la chaleur.

2. Faites griller vos poivrons la veille pour prendre une longueur d'avance: Rôtir et éplucher les poivrons était l'une des étapes les plus fastidieuses de la fabrication de ce chili. (Et Guy ne vous dit même pas comment le faire!) Ils ont besoin de temps pour cuire à la vapeur pour que leur peau se décolle, et j'ai été tenté de me précipiter pour pouvoir commencer à cuire le chili. Pour faciliter les choses, faites-les rôtir la veille afin de pouvoir vous lancer rapidement lorsque vous préparez ce chili.

3. Lors de la caramélisation des légumes, abandonnez le temps de cuisson recommandé par Guy: Il vous demande de caraméliser le mélange de légumes pendant cinq minutes, mais ce n'est pas assez de temps pour développer réellement une couleur. Il m'a fallu environ 20 minutes pour caraméliser complètement les légumes, alors allez-y à vue plutôt qu'à l'heure.

4. N'hésitez pas à abandonner les frites maison: Bien sûr, les frites étaient plutôt bonnes avec le chili, mais elles ne sont pas un élément décisif. C'était un peu pénible à préparer (et il faut 24 heures de trempage avant même de pouvoir commencer à les faire cuire), alors n'hésitez pas à utiliser des frites surgelées ou achetées en magasin ou simplement à les omettre.


La recette de chili épicé de Guy Fieri a du punch

Que vous souhaitiez ou non visiter Flavortown, à peu près tout le monde sait qui est Guy Fieri. Mais qu'est-ce que tu pourrais ne pas sachez qu'au-delà des pointes givrées et des chemises de bowling, Fieri est aussi un cuisinier assez sérieux. En plus de montrer à la nation certains des meilleurs restaurants sous le radar sur Diners, drive-in et plongées, Fieri est l'auteur de plusieurs livres de cuisine à succès, possède des restaurants et cuisine aux côtés de certains des meilleurs chefs du secteur. Bref? Son personnage fougueux n'est pas seulement pour le spectacle.

Ainsi, lorsque je cherchais une recette de chili qui ne se retiendrait pas, je savais que Fieri serait à la hauteur. J'ai pensé que son approche de la cuisine du tout ou rien serait parfaite pour le chili, et qui de mieux que le maire de Flavortown lui-même pour rehausser le piquant? Sa recette — surnommé le piment au souffle du dragon — utilise une multitude d'ingrédients piquants allant des poivrons rôtis à la saucisse italienne épicée, donc je savais qu'elle aurait du punch.

Comment faire du chili de souffle de Guy Fieri “Dragon’s”

Guy commence par faire cuire des piments Anaheim et poblano en dés avec du jalapeños, des poivrons et des oignons jusqu'à ce qu'ils soient caramélisés. À cela, il ajoute de l'ail et des cubes de rôti de paleron.

Une fois doré, Guy ajoute encore plus de viande (bœuf haché et saucisse italienne en vrac) et une multitude d'épices, notamment de la poudre de chili, du poivre de Cayenne, de la coriandre et du cumin, et les fait cuire jusqu'à ce qu'elles soient parfumées. Ensuite, il ajoute de la sauce tomate, de la pâte de tomate, de la bière, du bouillon et deux types de haricots (ouf) et laisse le tout mijoter pendant deux heures.

C'est ici que la vraie Fieri-ness entre en jeu. Pendant que le chili mijote, Fieri prépare un lot de frites maison à servir avec le chili. (Parce que vraiment, quoi de mieux pour garnir est là-bas?) Son processus est assez typique et consiste à faire tremper les pommes de terre, à les précuire et à les finir dans de l'huile chaude. Il sert le chili avec les frites et garnit le tout de craquelins, d'oignons verts et de fromage râpé.

Ce que j'ai pensé des résultats

Quand Guy a nommé son souffle de piment "dragon", il ne plaisantait pas. Ce chili est vraiment piquant et pas pour les âmes sensibles. La chaleur monte en vous pendant que vous mangez et vous frappe lentement au fond de la gorge. Entre le jalapeños et le cayenne, ce piment est très épicé.

Mais il ne chauffe pas sans saveur et le chili de Guy est en fait très savoureux. Il a une quantité généreuse d'assaisonnement et ne lésine pas sur la saveur. Alors que d'autres recettes de chili sont assez douces (je te regarde, Ina), Guy est tout le contraire. C'est intense, fougueux et ne se retient pas, tout comme Fieri lui-même. La quantité généreuse d'ail, d'oignons et de poivrons rôtis ajoute une profondeur de saveur qui lui donne presque le goût d'une sauce taupe, et la complexité m'a donné envie de continuer à manger.

Donc, si vous aimez les aliments épicés, ce chili est absolument parfait, mais si vous ne supportez pas la chaleur, ne faites surtout pas cette recette. Je pensais que c'était agréablement épicé, mais d'autres qui l'ont essayé l'ont trouvé beaucoup trop épicé pour en profiter.

Si vous faites du chili de Guy Fieri …

1. Réduisez la consommation de piment de Cayenne et de jalape si la chaleur n'est pas votre truc: N'hésitez pas à réduire la quantité de poivre de cayenne et de piment jalape que vous ajoutez pour atténuer un peu la chaleur.

2. Faites griller vos poivrons la veille pour prendre une longueur d'avance: Rôtir et éplucher les poivrons était l'une des étapes les plus fastidieuses de la fabrication de ce chili. (Et Guy ne vous dit même pas comment le faire!) Ils ont besoin de temps pour cuire à la vapeur pour que leur peau se décolle, et j'ai été tenté de me précipiter pour pouvoir commencer à cuire le chili. Pour faciliter les choses, faites-les rôtir la veille afin de pouvoir vous lancer rapidement lorsque vous préparez ce chili.

3. Lors de la caramélisation des légumes, abandonnez le temps de cuisson recommandé par Guy: Il vous demande de caraméliser le mélange de légumes pendant cinq minutes, mais ce n'est pas assez de temps pour développer réellement une couleur. Il m'a fallu environ 20 minutes pour caraméliser complètement les légumes, alors allez-y à vue plutôt qu'à l'heure.

4. N'hésitez pas à abandonner les frites maison: Bien sûr, les frites étaient plutôt bonnes avec le chili, mais elles ne sont pas un élément décisif. C'était un peu pénible à préparer (et il faut 24 heures de trempage avant même de pouvoir commencer à les faire cuire), alors n'hésitez pas à utiliser des frites surgelées ou achetées en magasin ou simplement à les omettre.


La recette de chili épicé de Guy Fieri a du punch

Que vous souhaitiez ou non visiter Flavortown, à peu près tout le monde sait qui est Guy Fieri. Mais qu'est-ce que tu pourrais ne pas sachez qu'au-delà des pointes givrées et des chemises de bowling, Fieri est aussi un cuisinier assez sérieux. En plus de montrer à la nation certains des meilleurs restaurants sous le radar sur Diners, drive-in et plongées, Fieri est l'auteur de plusieurs livres de cuisine à succès, possède des restaurants et cuisine aux côtés de certains des meilleurs chefs du secteur. Bref? Son personnage fougueux n'est pas seulement pour le spectacle.

Ainsi, lorsque je cherchais une recette de chili qui ne se retiendrait pas, je savais que Fieri serait à la hauteur. J'ai pensé que son approche de la cuisine du tout ou rien serait parfaite pour le chili, et qui de mieux que le maire de Flavortown lui-même pour rehausser le piquant? Sa recette — surnommé le piment au souffle du dragon — utilise une multitude d'ingrédients piquants allant des poivrons rôtis à la saucisse italienne épicée, donc je savais qu'elle aurait du punch.

Comment faire du chili de souffle de Guy Fieri “Dragon’s”

Guy commence par faire cuire des piments Anaheim et poblano en dés avec du jalapeños, des poivrons et des oignons jusqu'à ce qu'ils soient caramélisés. À cela, il ajoute de l'ail et des cubes de rôti de paleron.

Une fois doré, Guy ajoute encore plus de viande (bœuf haché et saucisse italienne en vrac) et une multitude d'épices, notamment de la poudre de chili, du poivre de Cayenne, de la coriandre et du cumin, et les fait cuire jusqu'à ce qu'elles soient parfumées. Ensuite, il ajoute de la sauce tomate, de la pâte de tomate, de la bière, du bouillon et deux types de haricots (ouf) et laisse le tout mijoter pendant deux heures.

C'est ici que la vraie Fieri-ness entre en jeu. Pendant que le chili mijote, Fieri prépare un lot de frites maison à servir avec le chili. (Parce que vraiment, quoi de mieux pour garnir est là-bas?) Son processus est assez typique et consiste à faire tremper les pommes de terre, à les précuire et à les finir dans de l'huile chaude. Il sert le chili avec les frites et garnit le tout de craquelins, d'oignons verts et de fromage râpé.

Ce que j'ai pensé des résultats

Quand Guy a nommé son souffle de piment "dragon", il ne plaisantait pas. Ce chili est vraiment piquant et pas pour les âmes sensibles. La chaleur monte en vous pendant que vous mangez et vous frappe lentement au fond de la gorge. Entre le jalapeños et le cayenne, ce piment est très épicé.

Mais il ne chauffe pas sans saveur et le chili de Guy est en fait très savoureux. Il a une quantité généreuse d'assaisonnement et ne lésine pas sur la saveur. Alors que d'autres recettes de chili sont assez douces (je te regarde, Ina), Guy est tout le contraire. C'est intense, fougueux et ne se retient pas, tout comme Fieri lui-même. The generous amount of garlic, onions, and roasted peppers adds a depth of flavor that makes it taste almost like a mole sauce, and the complexity made me want to keep eating.

So if you love spicy foods, this chili is absolutely perfect — but if you can’t handle the heat, definitely do not make this recipe. I thought it was pleasantly spicy, but others who tried it found it way too spicy to enjoy.

If You Make Guy Fieri’s Chili …

1. Scale back on the cayenne and jalapeños if heat isn’t your thing: Feel free to reduce the amount of cayenne and jalapeños you throw in to tone down the heat a bit.

2. Roast your peppers the day before to get a head start: Roasting and peeling the peppers was one of the most time-consuming parts about making this chili. (And Guy doesn’t even tell you how to do it!) They need time to steam so their skins peel off, and I was tempted to rush so I could actually start cooking the chili. To make things easier, roast them the day before so you can hit the ground running when you make this chili.

3. When caramelizing the vegetables, ditch Guy’s recommended cook time: He instructs you to caramelize the vegetable mixture for five minutes, but this isn’t nearly enough time to actually develop any color. It took me about 20 minutes to fully caramelize the veggies, so go by sight rather than time.

4. Feel free to ditch the homemade fries: Sure, the fries tasted pretty great with the chili, but they’re not a make-or-break component. The were kind of a pain to make (and take 24 hours of soaking time before you can even start to cook them), so feel free to use frozen or store-bought fries or simply omit them.


Guy Fieri’s Spicy Chili Recipe Packs a Serious Punch

Regardless of whether or not you want to visit Flavortown, just about everyone knows who Guy Fieri is. But what you might ne pas know is that beyond the frosted tips and bowling shirts, Fieri is a pretty serious cook, too. Along with showing the nation some of the best under-the-radar restaurants on Diners, Drive-Ins and Dives, Fieri has authored multiple best-selling cookbooks, owned restaurants, and cooked alongside some of the best chefs in the business. In short? His fiery persona is not just for show.

So when hunting for a chili recipe that wouldn’t hold back, I knew Fieri would deliver. I figured his all-or-nothing approach to cooking would be perfect for chili, and who better to amp up the spice than the mayor of Flavortown himself? His recipe — dubbed dragon’s breath chili — uses a slew of zesty ingredients from roasted peppers to spicy Italian sausage, so I knew it would pack a punch.

How to Make Guy Fieri’s “Dragon’s Breath Chili”

Guy starts by cooking diced Anaheim and poblano chilis along with jalapeños, bell peppers, and onions until caramelized. To that, he adds garlic and cubes of chuck roast.

Once browned, Guy adds even more meat (ground beef and bulk Italian sausage) and a slew of spices — including chili powder, cayenne, coriander, and cumin — and cooks them until fragrant. Then he adds tomato sauce, tomato paste, beer, stock, and two types of beans (whew) and lets everything simmer for two hours.

Here’s where the true Fieri-ness kicks in. While the chili is simmering, Fieri makes a batch of homemade french fries to serve with the chili. (Because really, what better garnish est there?) His process is pretty typical and involves soaking the potatoes, par-cooking them, and finishing them in hot oil. He serves the chili with the fries and garnishes everything with crackers, green onions, and shredded cheese.

What I Thought of the Results

When Guy named his chili “dragon’s breath,” he wasn’t kidding. This chili is seriously hot and not for the faint of heart. The heat creeps up on you as you eat, and slowly hits you in the back of the throat. Between the jalapeños and the cayenne, this chili is very spicy.

But it’s not heat without flavor — and Guy’s chili is actually very tasty. It has a generous amount of seasoning and doesn’t skimp on flavor. While other chili recipes are pretty mild (I’m looking at you, Ina), Guy’s is the complete opposite. It’s intense, fiery, and doesn’t hold back — just like Fieri himself. The generous amount of garlic, onions, and roasted peppers adds a depth of flavor that makes it taste almost like a mole sauce, and the complexity made me want to keep eating.

So if you love spicy foods, this chili is absolutely perfect — but if you can’t handle the heat, definitely do not make this recipe. I thought it was pleasantly spicy, but others who tried it found it way too spicy to enjoy.

If You Make Guy Fieri’s Chili …

1. Scale back on the cayenne and jalapeños if heat isn’t your thing: Feel free to reduce the amount of cayenne and jalapeños you throw in to tone down the heat a bit.

2. Roast your peppers the day before to get a head start: Roasting and peeling the peppers was one of the most time-consuming parts about making this chili. (And Guy doesn’t even tell you how to do it!) They need time to steam so their skins peel off, and I was tempted to rush so I could actually start cooking the chili. To make things easier, roast them the day before so you can hit the ground running when you make this chili.

3. When caramelizing the vegetables, ditch Guy’s recommended cook time: He instructs you to caramelize the vegetable mixture for five minutes, but this isn’t nearly enough time to actually develop any color. It took me about 20 minutes to fully caramelize the veggies, so go by sight rather than time.

4. Feel free to ditch the homemade fries: Sure, the fries tasted pretty great with the chili, but they’re not a make-or-break component. The were kind of a pain to make (and take 24 hours of soaking time before you can even start to cook them), so feel free to use frozen or store-bought fries or simply omit them.


Guy Fieri’s Spicy Chili Recipe Packs a Serious Punch

Regardless of whether or not you want to visit Flavortown, just about everyone knows who Guy Fieri is. But what you might ne pas know is that beyond the frosted tips and bowling shirts, Fieri is a pretty serious cook, too. Along with showing the nation some of the best under-the-radar restaurants on Diners, Drive-Ins and Dives, Fieri has authored multiple best-selling cookbooks, owned restaurants, and cooked alongside some of the best chefs in the business. In short? His fiery persona is not just for show.

So when hunting for a chili recipe that wouldn’t hold back, I knew Fieri would deliver. I figured his all-or-nothing approach to cooking would be perfect for chili, and who better to amp up the spice than the mayor of Flavortown himself? His recipe — dubbed dragon’s breath chili — uses a slew of zesty ingredients from roasted peppers to spicy Italian sausage, so I knew it would pack a punch.

How to Make Guy Fieri’s “Dragon’s Breath Chili”

Guy starts by cooking diced Anaheim and poblano chilis along with jalapeños, bell peppers, and onions until caramelized. To that, he adds garlic and cubes of chuck roast.

Once browned, Guy adds even more meat (ground beef and bulk Italian sausage) and a slew of spices — including chili powder, cayenne, coriander, and cumin — and cooks them until fragrant. Then he adds tomato sauce, tomato paste, beer, stock, and two types of beans (whew) and lets everything simmer for two hours.

Here’s where the true Fieri-ness kicks in. While the chili is simmering, Fieri makes a batch of homemade french fries to serve with the chili. (Because really, what better garnish est there?) His process is pretty typical and involves soaking the potatoes, par-cooking them, and finishing them in hot oil. He serves the chili with the fries and garnishes everything with crackers, green onions, and shredded cheese.

What I Thought of the Results

When Guy named his chili “dragon’s breath,” he wasn’t kidding. This chili is seriously hot and not for the faint of heart. The heat creeps up on you as you eat, and slowly hits you in the back of the throat. Between the jalapeños and the cayenne, this chili is very spicy.

But it’s not heat without flavor — and Guy’s chili is actually very tasty. It has a generous amount of seasoning and doesn’t skimp on flavor. While other chili recipes are pretty mild (I’m looking at you, Ina), Guy’s is the complete opposite. It’s intense, fiery, and doesn’t hold back — just like Fieri himself. The generous amount of garlic, onions, and roasted peppers adds a depth of flavor that makes it taste almost like a mole sauce, and the complexity made me want to keep eating.

So if you love spicy foods, this chili is absolutely perfect — but if you can’t handle the heat, definitely do not make this recipe. I thought it was pleasantly spicy, but others who tried it found it way too spicy to enjoy.

If You Make Guy Fieri’s Chili …

1. Scale back on the cayenne and jalapeños if heat isn’t your thing: Feel free to reduce the amount of cayenne and jalapeños you throw in to tone down the heat a bit.

2. Roast your peppers the day before to get a head start: Roasting and peeling the peppers was one of the most time-consuming parts about making this chili. (And Guy doesn’t even tell you how to do it!) They need time to steam so their skins peel off, and I was tempted to rush so I could actually start cooking the chili. To make things easier, roast them the day before so you can hit the ground running when you make this chili.

3. When caramelizing the vegetables, ditch Guy’s recommended cook time: He instructs you to caramelize the vegetable mixture for five minutes, but this isn’t nearly enough time to actually develop any color. It took me about 20 minutes to fully caramelize the veggies, so go by sight rather than time.

4. Feel free to ditch the homemade fries: Sure, the fries tasted pretty great with the chili, but they’re not a make-or-break component. The were kind of a pain to make (and take 24 hours of soaking time before you can even start to cook them), so feel free to use frozen or store-bought fries or simply omit them.


Guy Fieri’s Spicy Chili Recipe Packs a Serious Punch

Regardless of whether or not you want to visit Flavortown, just about everyone knows who Guy Fieri is. But what you might ne pas know is that beyond the frosted tips and bowling shirts, Fieri is a pretty serious cook, too. Along with showing the nation some of the best under-the-radar restaurants on Diners, Drive-Ins and Dives, Fieri has authored multiple best-selling cookbooks, owned restaurants, and cooked alongside some of the best chefs in the business. In short? His fiery persona is not just for show.

So when hunting for a chili recipe that wouldn’t hold back, I knew Fieri would deliver. I figured his all-or-nothing approach to cooking would be perfect for chili, and who better to amp up the spice than the mayor of Flavortown himself? His recipe — dubbed dragon’s breath chili — uses a slew of zesty ingredients from roasted peppers to spicy Italian sausage, so I knew it would pack a punch.

How to Make Guy Fieri’s “Dragon’s Breath Chili”

Guy starts by cooking diced Anaheim and poblano chilis along with jalapeños, bell peppers, and onions until caramelized. To that, he adds garlic and cubes of chuck roast.

Once browned, Guy adds even more meat (ground beef and bulk Italian sausage) and a slew of spices — including chili powder, cayenne, coriander, and cumin — and cooks them until fragrant. Then he adds tomato sauce, tomato paste, beer, stock, and two types of beans (whew) and lets everything simmer for two hours.

Here’s where the true Fieri-ness kicks in. While the chili is simmering, Fieri makes a batch of homemade french fries to serve with the chili. (Because really, what better garnish est there?) His process is pretty typical and involves soaking the potatoes, par-cooking them, and finishing them in hot oil. He serves the chili with the fries and garnishes everything with crackers, green onions, and shredded cheese.

What I Thought of the Results

When Guy named his chili “dragon’s breath,” he wasn’t kidding. This chili is seriously hot and not for the faint of heart. The heat creeps up on you as you eat, and slowly hits you in the back of the throat. Between the jalapeños and the cayenne, this chili is very spicy.

But it’s not heat without flavor — and Guy’s chili is actually very tasty. It has a generous amount of seasoning and doesn’t skimp on flavor. While other chili recipes are pretty mild (I’m looking at you, Ina), Guy’s is the complete opposite. It’s intense, fiery, and doesn’t hold back — just like Fieri himself. The generous amount of garlic, onions, and roasted peppers adds a depth of flavor that makes it taste almost like a mole sauce, and the complexity made me want to keep eating.

So if you love spicy foods, this chili is absolutely perfect — but if you can’t handle the heat, definitely do not make this recipe. I thought it was pleasantly spicy, but others who tried it found it way too spicy to enjoy.

If You Make Guy Fieri’s Chili …

1. Scale back on the cayenne and jalapeños if heat isn’t your thing: Feel free to reduce the amount of cayenne and jalapeños you throw in to tone down the heat a bit.

2. Roast your peppers the day before to get a head start: Roasting and peeling the peppers was one of the most time-consuming parts about making this chili. (And Guy doesn’t even tell you how to do it!) They need time to steam so their skins peel off, and I was tempted to rush so I could actually start cooking the chili. To make things easier, roast them the day before so you can hit the ground running when you make this chili.

3. When caramelizing the vegetables, ditch Guy’s recommended cook time: He instructs you to caramelize the vegetable mixture for five minutes, but this isn’t nearly enough time to actually develop any color. It took me about 20 minutes to fully caramelize the veggies, so go by sight rather than time.

4. Feel free to ditch the homemade fries: Sure, the fries tasted pretty great with the chili, but they’re not a make-or-break component. The were kind of a pain to make (and take 24 hours of soaking time before you can even start to cook them), so feel free to use frozen or store-bought fries or simply omit them.