Recettes traditionnelles

Critique du whisky : Port Ellen 23 ans

Critique du whisky : Port Ellen 23 ans

Mettez vos bonnets rouges et équipez vos sous-marins, car nous allons en profondeur. La critique de cette semaine est Lost Ark d'Indiana Jones, Fontaine de jouvence de Ponce de Leon et Jaguar Shark de Steve Zissou en un seul. Parce que quand il s'agit d'Islay Scotch, quand il s'agit de single malts en général, et quand il s'agit de bêtes de la variété smoky, Port Ellen est le Saint Graal.

Il y a tous les ingrédients : La distillerie est fermée depuis 30 ans ; le stock existant se vend 7 000 $ la bouteille; les chiens de whisky sillonnent la Terre à la recherche d'une rare observation de cette bête insaisissable et magnifique.

Amis dans les endroits bas

Comment avons-nous pu marquer un avant-goût? Dans la bibliothèque d'un manoir du début du siècle construit par l'un des capitalistes les plus notoires d'Amérique, il y a un coffre-fort secret. Huit pouces d'acier solide gardent les trésors les plus précieux de cet ancien titan. Le seul individu avec la combinaison est un pirate patiné et aux pattes de cheville nommé Captain Coop. Le bon vieux Coop a décroché sa juste part de bêtes enfumées à son époque, et pour quelques doublons d'or et une promesse de secret éternel, il a tourné la roue et récupéré une bouteille poussiéreuse du coffre-fort pour notre collection. Merci Coop ! Désolé, nous avons fait exploser la partie secrète.

Le joyau avec lequel Coop a émergé est un McGibbon's Provenance embouteillant 23 ans de Port Ellen Sherry Cask, distillé en 1982 - juste un an avant la fermeture de la distillerie - et embouteillé en 2005. C'est une bête encore plus rare que votre Port Ellen typique car ils n'étaient pas traditionnel vieilli en fûts de xérès. McGibbon's est un embouteilleur indépendant appartenant à Douglas Laing, un distributeur extrêmement respecté de Glasgow. Fondamentalement, si vous êtes un riche Écossais, Douglas Laing cueille à la main votre hooch dans leurs réserves privées et livre des caisses de whisky qui correspondent à vos goûts. (Un jour, un jour...)

Pourquoi Port Ellen est-elle un tel phénomène ? À son apogée, c'était le grand-père des distilleries d'Islay. Lagavulin, Ardbeg et Laphroaig ont tous été officiellement fondés au début des années 1800, bien que cela soit dû à la légalisation de l'industrie du whisky. Ils distillaient tous subrepticement des décennies auparavant. Port Ellen avait l'emplacement privilégié sur le plus grand port d'Islay et le plus proche de sa plus grande ville. C'était l'un des malts les plus prisés d'Islay. Pour mettre cela en perspective, ce serait comme vivre dans un bloc à côté de Michael Jordan, Julius Erving et Kareem Abdul-Jabbar, et les scolariser régulièrement à HORSE. Port Ellen a été vidé et fermé en 1983 dans une vague d'hystérie d'entreprise sur la surproduction et l'optimisation, pour ne jamais être rouvert. Aujourd'hui, il est utilisé pour produire du maltage pour de nombreuses autres distilleries, mais n'a pas de capacité de distillation propre.

Opérations en cours

Aujourd'hui, la distillerie Port Ellen est toujours une partie active et critique de bon nombre de nos whiskies Islay bien-aimés, car ils produisent des maltages pour des distilleries comme Lagavulin et Caol Ila. (Il y a une excellente vidéo dans ce lien qui montre l'ensemble du processus de maltage, y compris les feux de tourbe de 2 tonnes !). Il s'agit principalement d'une décision logistique. Port Ellen est l'endroit le plus proche sur Islay d'où accostent les navires qui apportent de l'orge du continent. La distillerie de Port Ellen possédait la plus grande capacité de maltage et de fermentation, ce qui a peut-être déterminé la décision d'y arrêter la distillation du whisky et de l'utiliser simplement pour produire des malts prêts à être distillés pour les autres distilleries Diageo. C'est triste, mais c'est probablement l'une des raisons pour lesquelles Lagavulin peut continuer à produire de telles quantités de whisky de qualité fantastique aujourd'hui.

Malterie de Port Ellen avec nuage de fumée de tourbe

C'est un fait peu connu qu'une grande partie de la combustion de la tourbe qui se déroule aujourd'hui à Islay se fait à Port Ellen. Ce secret est si bien gardé qu'il n'y a que des visites de l'installation autorisées une fois par an au festival local d'Islay chaque printemps. Mais c'est bien connu des locaux puisque d'énormes nuages ​​de fumée de tourbe s'échappent chaque jour de cette Mecque du malt. Imaginez rentrer du travail à la maison dans un brouillard de tourbe brûlante. Cela ressemble à notre paradis personnel.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le Port Ellen 23 ans — et si ça vaut le battage médiatique.

Rejoignez la Smoky Beast pour des critiques hebdomadaires de whisky.